imageAccueil42
Kalòs ìrtato

Sogeste ti e tikhi, e àrguli, o khoma, e ajera ma e’ pistèone sta aftìa to: doppu akatò ce akatò khronu pu ìne kumena panta griko, panta griko, oli mia forà us enghizi na kùsune mian glossa pu e’ novune.

Sogeste pu os fènete pu o khoma to egomosti fse gheno fseno. Fseni pu esìrano i guerra ce eguàlane us griku attà spìtia to.

Ce iu ssadìa ssadìa o griko lefteni, khanni ta loja, khanni o gheno pu to milì, epai apode.

Sogeste ti o griko e’ sozi ghiurisi na milistì sakundu mia forà. Sogeste ti o griko e’ na pesani ma en ene prama na pesani iu.

Etèlamo o griko na min svistì, na kulusisi na zisi tosso cerò ankora, na èrkato milimmeno ankora.

Tèlome na kàmome mia associaziùna fse gheno pu agapà o griko, fse gheno pu teli na milisi grika, fse gheno pu, m’olo ka en ennorizi o griko, teli na enkosì na mi khasì e glossa.
Ja tuo, occe min afidìa tu web, etèlamo ti tuttin idea na stasi epukanè, kùkkia ce larga.

Tèlome na pakhìnome o griko ma ta loja allimonimmema ce ma loja cinùria pu vastune i rizza es ta loja grika ce stes addhe glosse.

Tèlome na kuntèfsome apà sto web ta nea pu ghennnìutte es ta khorìa ma.

Sianònnome ce registrèome ti’ fonì cinò pu milune grika na tin vàlome apà sto internet

Sòzamo pi afidìsetè mma na pàrome ambrò tuttin idèa, ma e afidìa e’ kanì. E afidìa ene ja mia forà, ja dìo, mia forà ankora, ma depòi ekhànnete. Ja tutto prama e afidìa e’ kanì, e’ felà, ja tutto prama endiàzete agapi.

O griko rotà agapi.

Bienvenue

Sans doute nos murs, nos arbres, la terre, l'air n'en croient-ils pas leurs oreilles: après avoir pendant des centaines et des centaines d'années entendu le griko, voilà que tout d'un coup il leur faut entendre une langue qu'ils ne comprennent pas.

La terre de nos villages semble avoir été envahie d'étrangers, des étrangers qui ont gagné la guerre et chassé de chez eux les Griki.

Peu à peu notre langue dépérit, elle perd ses vocables, elle perd ses locuteurs, elle s'estompe.

Il se peut que le griko ne survive pas, qu'on n'entende plus quelqu'un le parler. Peut-être mourra-t-il; mais il ne peut pas mourir ainsi.

Nous voulons que le griko ne s'éteigne pas, qu'il continue à vivre encore longtemps, qu'il continue à être parlé.

Nous voudrions réunir tous ceux qui aiment le griko, qui veulent le parler, et tous ceux qui, même sans la connaître, sont prêts à lutter pour que cette langue ne se perde pas. Nous voudrions, grâce à l'internet, diffuser ce souhait autour de nous et au loin.

Nous voudrions enrichir le griko par l'apport de termes oubliés et d'autres dont les racines seraient grecques ou non.

Nous collectons et enregistrons les voix de ceux qui parlent encore le griko et nous voulons diffuser ces documents sonores sur le web.

Nous pourrions dire « Aidez-nous dans cette aventure ». Mais l'aide ne suffit pas, elle est ponctuelle; elle vient une, deux, trois fois, puis elle disparaît. Pour relever ce défi, ce n'est pas d'aide qu'il s'agit, ce qu'il faut c'est de l'amour.

Le griko a besoin qu'on l'aime.

© www.glossagrika.it                                                  21 - 10 - 2017