Attìn introduziuna tu G. Rohlfs
"Vocabolario dei Dialetti Salentini"

Latini ce Greci sto Salento
( metàfrasi* < μετάφραση; traduzione; traduction; translation attò taliano)

Apò posso cerò emilìete o griko?

Ekhi cini pu lene pu èstase m’u bizantini, ekhi addhu pu lene ti e griki stene ettù atto cerò tis “Magna Grecia”. Ena fse tutu ene o Gerhard Rohlfs, mea glottologo attò sèkulo diavemmeno, pu ekkìtefse tu griku, sòzome pi, ja oli ti zoì ttu, ce ègrafse kampossu libru apà sto griko.

Vàddhome ettukau kommatàcia attin introduziuna ttu apà sto “Vocabolario dei Dialetti Salentini” (Congedo, 1956-57), epù mas difni, milonta fse pràmata glossikà manekhà, jatì o griko dikò mma enn’ane poddhì pleo palèo pleppi cìo milimmeno attù bizantinu.

*****

E dialetti tis Grecìa ine iu demeni m’us dialettu italianu tosso na kami na pensefsi ti Greci ce Latini ezùane smimmeni apò poddhì paleo cerò.

Es tin glossa grika o cerò futuro den ìne nnorimmeno ce en ine norimmeno es tus dialettu tu Salentu; to na 'rti* to na erti; το να έρθει, το μέλλον; il futuro; le futur; the future tense ce to àrtena* το τώρα, το παρόν; il presente; le présent; the present tense èrkutte pimena mo iso modo.

ja difsi (j.d.= p.es.)
« domani andremo a Lecce » :
(crai sciamu a Lecce) - avri pame e' Luppìu

Sogeste ti o khasi tu “cerù tu futuru” ediàvike sto griko attùs dialettu tis ampisinì Katu Itàlia.

Addhi ene i situaziuna ja addhu fenòmenu grammatikù.
O khasi tu infinitu, fenòmeno siftà greko, vastà mìa ecceziuna manekhi ce ene cini mo verbo “sozo”, to stesso prama khrizi ja tus dialettu talianu.

j.d.
« andiamo a vedere » :
(sciamu cu bbidimu) - pame na torìsome
« non sa scrivere » :
(no ssape cu scrive) - en efseri na grafsi
« possiamo dire » : (potimu dire) – sònnome ipi [N.d.T. Puglia: sòzome pi]

Adhhi kostruziuna epù ole ce dìo e glosse vastìutte ìsa ene o periodo ipotetico, se mìa ce es tin addhi ole ce dìo e mmeree tis frase etèlune o “indicativo imperfetto”; tusi kostruziuna en ine taliana, en ine latina ce en ine neogreka, tusi kostruziuna mas perni sto paleo greko, sto greko probizantino*‹ προβυζαντινός; prebizantino; prébyzantin; Pre-Byzantine.

j.d.
« se piovesse non verrei » :
(ci chiuva non venia) – an èvrekhe 'en èrkamo
« se avessi fame mangerei » :
(ci tenía fame mangiava) – an ikha pina ètrona

Sakundu e dialetti tu Salentu, o griko en ekhi tus avvèrbiu fse topo àtonu “ci” ce “vi” pos sto taliano”.

j.d.
« ci andremo domani » :
(sciamu crai) – epame avri
« vi ho dormito una volta » :
(aggiu durmutu nna fiata) – èbblosa mìa forà

Greci ce latini tu Salentu oli ce dìo meràzune occe to uso fse dìo “congiunzioni” ja tin “proposizione subordinata”. Sto taliano èkhome manekhà “che”, es to greko paleo usèato “oti {ὅτι}” na pi ena pensieri ce “ina {ἵνα}” ja ta telìmmata o na doki ena kumando. To iso prama ine kulisimmena sto neogreko (pos, na {πὼς, νὰ}), sto griko (ka, na), ce stus dialettu tu Salentu (ca, cu):

j.d.
« penso che piove » :
penséo ka vrekhi – (neogreco : νομίζω πως βρέχει)
« voglio che piova » :
telo na vressi - (neogreco : θέλω να βρέξει)

Olo tuo e’ sozi spiekeftì pistèonta ti e Grecìa eghennisi me to erti sto Salento fse alìu bizantinu. Tusi teorìa eghennisi jatì, minonta combomeni, epistèato ka e italogreci e’ milune o greko to paleo ma ena dialetto pu mmiàzete u neogreku.
Efsèrome àrtena ka tuo en ghennisi kùkkia sto X sèkulo, ma vastà tes rize ttu es ena "greko volgare" ce encìgnase na plasì es tus protinù sèkulu attì era dikì mma (iu o taliano en ghennisi simùddhia sto khìje, ma e rize ttu èrkutte attò cerò tu Cicerone.
Sòzome, toa, kratèsi ti tusi Greci tu Salentu (griki) èrkutte, pleon alìo ma pleo poddhì, attà protinà gheni tis Mali Grècia.
O griko en ene ena “greko bastardo” pose e’ to ene o dialetto pu Rodi, Cipro o to neo greko apù Atene; ce en ine “bastardi" to napuletano o to sicijano pleppi o toscano. Ine oli pedìa attì mali mana greka o pedìa tu latinu.

Fse addho mero e dialetti italogreci kratènnune tossa kòmmata fse mìa pleo palea grecità. Kulusune tria esempi: emine senza n’ addhafsi e palea fonì os gruppo “mp” ce “nt”, pu addhàfsane es to neogreko es “mb” ce “nd”. O griko khorizi occe sto pi “si” ce “no” (nai {ναί} ce okhi {όχι} sto neogreko). Sto griko èrkete “umme” ja to “si” ce “dènghie” ja to “no”: evrìskome ettù us paleu {οὖν μεν} ce {οὐδέν γε}.
E khora tu Lecce es grika kui Luppìu. Mes tus paleu Greku to noma ìone Λουππίαι; Sto IV sèkulo e Latini addhàfsane to noma ce i fonàsane Lipiae ce iu kulùsise na kusi ja olo to mesoevo, apò epù ssadia ssadia o noma àddhafse ros na ghettì Lecce. An e grecità salentina ikhe fsemeròsonta manekhà ma to ftasi os bizantino, tui en ikhan vrìkonta addho noma ka cino latino ce makata to noma pu ma èftase attò paleo greko, pu vastà o tono apà sti sukunda sillaba: Λουππίαι, sìmberi Luppìu.

Enas àddho argomento pu mas perni stus cerù paleu mas èrkete apò kamposse osservaziune filològike apà sto iso noma Griki - griko. Tua ine ta nòmata pu e griki dìnnune ja saftu ce j’in glossa tto, ma tua den apantune* apantenno < απαντώ, συναντώ, αποκρίνομαι; incontrare, rispondere ; rencontrer, répondre; to meat, to answer sta isa pràmata atto “graecus” latino nde atto paleo greko “γραικός”. E Mali Grècia culusà, etnikà ce glossolojikà, stin ampisinì Katu Italia, Kalàbria ce Pùglia.

E dinatì Roma pu epire ti latinità stin Gàllia, occe stin Afrika, en anàrise na guali o greko ap’ossu ti?

E glosse pratune ambrò ce kratènnune on dikò tto mealìo* ‹ μεγαλείο; grandezza; grandeur; greatness. To mealìo is glossa pu milùsane ce egràfane e Greci, pelekimmeni attus Romanu, ìane poddhì fsilò. Iu e latinità, ja possi kukkia, en ìsose vali rize stin Grècia ce e palei Greci tis katalimmeni Mali Grècia kratìsane ja makreo cerò ti glossa tto.

O griko, kundu ampisinò pedai tu paleu ellenismu, ekhi ola ta dìgghia n’ane kratemmeno a kalò redo fse mia kalì famìja.

Introduction de G. Rohlfs:
"Vocabolario dei Dialetti Salentini"

Latins et Grecs dans le Salento
(traduit de l'italien)

Depuis quand le griko est-il parlé dans le sud de l'Italie?

Gerhard Rohlfs défend la thèse d'une présence linguistique remontant à la Grande Grèce antique. Alors que d'autres chercheurs préfèrent y voir, dans une optique historique, la conséquence d'une arrivée de colons grecs à l'époque médiévale de la domination byzantine, les arguments de G.Rohlfs sont davantage de nature linguistique.

Voici le résumé de l'Introduction de G. ROHLFS au Vocabolario dei Dialetti Salentini.

*****

Les dialectes de la Grecìa salentina sont intimement liés aux dialectes italiens du Sud par d'intéressants phénomènes linguistiques qui font penser à une longue période de coexistence depuis des temps très anciens, dans une situation de symbiose linguistique entre Grecs et Latins.

Comme les dialectes italiens du Salento, ils ne connaissent pas le temps du futur ; avenir et présent coincident dans une forme unique.

p.ex.
« demain nous irons à Lecce » - « domani andremo a Lecce » :
(dial.it.) crai sciamu a Lecce – (griko) avri pame e' Luppíu

Il se peut que la disparition de ce temps se soit propagée des dialectes méridionaux à la Grecía salentina. Mais la situation est différente en ce qui concerne d'autres phénomènes grammaticaux.

La disparition de l'infinitif, phénomène typiquement grec, ne connaît qu'une exception, absolue : avec le verbe pouvoir, en totale concordance avec les dialectes italiens.

p.ex.
« allons voir » - « andiamo a vedere »:
(dial. it.) sciamu cu bbidimu – (griko) pame na torìsome

« il ne sait pas écrire » - « non sa scrivere »:
(dial.it.) no ssape cu scrive – (griko) en efseri na grafsi

« nous pouvons dire » - « possiamo dire »:
(dial.it.) potimu dire – (griko) sònnome ipi* [Puglia: sòzome pì]

Une autre concordance concerne l'expression de l'hypothèse : on n'utilise dans la protase et l'apodose que la seule forme de l'indicatif imparfait ; cette construction qui n'est ni latine ni italienne et qui ne correspond pas non plus au grec moderne nous ramène au grec ancien, au grec prébyzantin en tout cas.

p.ex.
« s'il pleuvait je ne viendrais pas » - « se piovesse non verrei »
(dial.it.) ci chiuva non venia – (griko) an èvrekhe 'en èrkamo

« si j'avais faim je mangerais » - « se avessi fame mangerei »
(dial.it.) ci tenía fame mangiava – (griko) an ikha pina ètrona

Comme dans les dialectes italiens du Salento, il n'existe pas de forme correspondant aux adverbes de lieu atones italiens ci et vi.

p.ex .
« nous y irons demain » - « ci andremo domani »:
(dial.it.) sciamu crai – (griko) epame avri

« j'y ai dormi une fois » - « vi ho dormito una volta »:
(dial.it.) aggiu durmutu nna fiata – (griko) èbblosa mia fora

Les Grecs et les Latins du Salento utilisent de même deux conjonctions distinctes pour introduire une proposition subordonnée, là où l'italien recourt à la seule conjonction che. En grec ancien, on utilisait ὅτι pour exprimer une déclaration ou une opinion, ἵνα pour un ordre ou une intention. La même distinction s'est maintenue en grec moderne (πὼς / νὰ), en griko (ka / na) et dans les dialectes italiens du Salento (ca / cu).

p.ex.
« je pense qu'il pleut » - « penso che piove » :
penséo ka vrekhi -(νομίζω πως βρέχει)

« je veux qu'il pleuve » - « voglio che piova » :
telo na vressi -(θέλω να βρέξει)

Ces concordances ne s'expliquent pas si on lie l'origine de la Grecía à une immigration très limitée lors de l'époque byzantine. Cette théorie s'est fondée sur un critère linguistique : on était induit en erreur par le fait que les Grecs d'Italie ne parlent pas le grec ancien mais un dialecte proche du grec moderne. Or nous savons maintenant que ce dernier n'est pas né aux alentours du Xe siècle, et qu'il a ses racines dans un grec vulgaire qui avait commencé à évoluer dès les premiers siècles de notre ère (tout comme l'italien n'est pas né aux environs de l'an Mil mais tire son origine de l'époque de Cicéron).
Nous pouvons donc considérer que les Grecs du Salento remontent, plus ou moins, aux anciennes populations de la Grande Grèce.
Le griko n'est pas un « grec bâtard », pas plus que ne le sont les dialectes de Crète, de Rhodes, de Chypre, ou le grec moderne parlé à Athènes  ; le napolitain ou le sicilien ne sont pas plus « bâtards » que le toscan. Ce sont tous des fils légitimes de la grande mère grecque ou du latin.

Par ailleurs, les dialectes grecs de l'Italie du Sud ont conservé nombre d'éléments d'une très ancienne grécité. En voici trois exemples. La prononciation antique des groupes mp et nt, qui sont devenus mb et nd en grec moderne, n'a pas changé. Le grec du Salento se différencie aussi dans les façons de répondre oui ou non (ναι et οχι en grec moderne). En griko, oui se dit úmme, non se dit dénghie : on retrouve les antiques οὖν μεν et οὐδέν γε.
La ville de Lecce est appelée en griko Luppíu. Pour les anciens Grecs son nom était Λουππίαι ; il devint pour les Latins Lipiae, qui resta la forme officielle durant tout le Moyen Age et qui donna par évolution phonétique normale la prononciation moderne Lecce. Si le caractère grec du Salento était seulement un effet de la domination byzantine, ces nouveaux colons n'auraient pu connaître d'autre nom que le nom latin, et en aucune façon un nom qui remonte au grec ancien, accentué sur la seconde syllabe : Λουππίαι, aujourd'hui Luppìu.

Un autre argument ramenant à des temps fort anciens est fourni par des considérations philologiques sur le nom même que les habitants se donnent à eux-mêmes et à leur langue, Griki - griko, et qui ne correspond pas pleinement à l'acception du latin graecus ni du grec ancien γραικός.
La Grande Grèce se prolonge donc au point de vue ethnique et linguistique dans l'extrême Sud de l'Italie, en Calabre et dans les Pouilles.

La puissante Rome, qui a exporté la latinité en Gaule et jusqu'en Afrique, n'aurait donc pas réussi, sur son propre sol, à l'emporter sur le grec ?

Les langues se diffusent et se maintiennent grâce à leur prestige. Le prestige de la langue que parlaient et écrivaient les Grecs vaincus par les Romains était immense ; la latinité n'a ainsi pas pu s'implanter dans une Grèce pourtant toute proche, et les anciens Grecs de la Grande Grèce, après sa ruine, ont longtemps maintenu leur langue. Le griko, en tant que dernier descendant de l'hellénisme antique, a donc tous les droits d'être traité comme l'héritier légitime d'une noble lignée.

© www.glossagrika.it                                                  21 - 01 - 2020