Attòn epìlogo tu A. Karanastasi :
Γραμματική των Ελληνικών ιδιωμάτων
της Κάτω Ιταλίας
( metàfrasi* < μετάφραση; traduzione; traduction; translation attò greko)

E glossa os grekòfono attin Katu Italia, m’olo ka vasta kamposso miasi m’us dialettu atto sud tis Grècia, tòriso o Dodekanneso, ce plèo fse tikanè khorizete e fonitikì, ekhi ti diki ti fisionomia ce en ene demeni ja tìpoti m’in glossa attus bizantinu, pu ìrtane ettù stus sèkulu IX-X, pose pistèone ce lene e professuri C. Battisti, G. Alessio ce O. Parlangeli.

Tui akkumbune i tesi tto apà sto fatto pu e glosse greke atti Katu Italia èkhune mìa furma neollenikì (sakundu cini attes glosse neoellenikè). Ma tusi furma (sa cini atta neoellenikà idiòmata) ancignà già sto III sèkulo p.K., motti e Ellenistikì Koinè èkame isa olu us dialettu ce èkame pleon aplì i furma tis glossa.

Tua ta pràmata ma pleo nòima tis glossa os grekòfono kharimmena apò tin Koinè ce kratemmena ros àrtena: to na 'rti* to na erti; το να έρθει, το μέλλον; il futuro; le futur; the future tense èrkete pimeno m’o to àrtena* το τώρα, το παρόν; il presente; le présent; the present tense, to prama pu stei kànnonta ce kulusà èrkete pimeno ma steo (Puglia) - steko (Kalabria) ce o participio presente, emeni to infinito1, sto perìodo ipotetikò ekhannete to tha [ j.d. an den èvrekhe, (tha) to èkanna], ekratènnutte ta diplà [ j.d. fortò(n)no], e “diminutivi” kharismeni atti koinè den khrizune ja “diminutivi” [ j.d. lisari, ampari].

Ghennimeni sto VIII sèkulo p.K. atti glossa os dorikò kolono apù Tàranto, es tin Pùglia, ce apù Règgio Kalàbria e glossa os grekofono kratenni ankora kai dorikè lessikologikè mire pu e Koinè den ìsose guali: tue enghìzune i zoì os contadino ce os proataro ce e tes ekhi sto bizantino ce sto neogreko: tutta khrusafà*‹ khrusafi: χρυσάφι; oro, tesoro; or, trésor; treasure os idiomo greko tis Katu Italia, menune ettù manekhà ce mas dìfune posso griko ce grekàniko ine demena m’in glossa tu sèkulu VIII.

Addha dìgghia pu pèrnune cini pu kratènnune ti o griko èstase m’u bizantinu ene ti en ene stammena vrimmena tìpoti pu mas sozi pi jalìssia pu stus feu apò Tàranto ce Règgio, ecì pu àrtena stene e grekòfoni, ezùane greci.
Èkhome manekhà ta khartìa tu Strabone (1° sèkulo p.K.) pu lene ti pleppi Tàranto, Règgio ce Nàpuli oli e addhi ìsane bàrbari ; milonta fse mbarbarimento èrkete sto pi ti o gheno atta khorìa apù essu ìkhane khàsonta tin glossa tto: ìkhane ghettonta bàrbari.

Ma, an mesa sto protinò sèkulo p.K. es te male khore tis akra emilìato greko, sòzome kratesi ka puru sta khorìa apò essu emilìato greko. Ta pràmata domena attin glossa apò os grekòfono apù sìmberi ine ta pleo storikà alisinà khartìa.

Ena attus problemu pu èmpose us grèku n’àrtune etturtèa ce na kàmune na ghennìstune e kolonìe ìone demeni stin demografia: o khoma greko è kani j’o fai ja olo to gheno. Ce ène ja tuo ti kampossi etaràssane j’in tàlassa na vrìkune akre filammene ce khoma kalò: pràmata vastomena attin Katu Italia ce attin Sicìlia. Iu e Eritresi ce e Kalcidesi kàmane na jenisì i khora pu ìgue Kuma. Tui epolemùsane o khoma ma ena àratro norimmeno apù Esìodo (VIII sèk. p.K.) ce sti deskriziuna ka tuo kanni evrìskutte j’in protinì forà ta lòja èlima ce jìis. Utta lòja e’ ta ekhi sto bizantino ce e’ ta ekhi sto neogreko, ezune ankora stin glossa os contadino attìn Kalàbria, pu kulusune na polemìsune to khoma ma to stesso àratro.
O fatto ka addha area ce palea lòja evrìskutte ankora sìmberi stin milìa os kontadino ce os proataro, mas difi ti o gheno epolemà pose epolemìato ston VIII sèkulo p.K. Tispo attus kolonu bizantinu o kolono plèo kukkia fse ma, ma ìsoze feri utta lòja dorikà ce addha pleon area, jatì aplà den ta ìkhan es tin glossa tto.

E glossa os grekòfono kratenni addha palea noìmata pu e glossa os neogreko en vastà: àtsalo (Kalàbria, aggettivo), ode (avverbio), jerro, sikonno, sozo-sonno, ekho, nomeno me to infinito, kratennune palea o ellenistikà noìmata.

Ja tus studiosu talianu, en ìane prama ti e romani den anarìsane na mpòsune alìe khijade kolonu greku na màsune o latino ce na fìkune i glossa tto, motti occe apà stes Ìsule Britànnike emilìato latino.
Akau stin okkupaziuna romana e glossa milimmeni ìane o latino, ma èrkatto milimmene camposse addhe glosse. E greci emilùsane o latino, sakundu t’addha gheni akauvalomena attus romanu, ma kulusìsane na kratèsune ce na milìsune i glossa tto, o greko.

Ola t’addha gheni akauvalomeni* akauvaddho: υποτάσσω; sottomettere; soumettre; to subject attus rumanu (Celti, Iberi, Geti, Daci, Franki) enghìsane ma màsune ce na milìsune latino manekhà, ma tuo en èkhrise ja tus greku, pu sòzane kulusisi na milìsune o greko. Puru vàlonta ja alesinò o fatto ti e koloni ìane bizantini atto IX sekulo, tui, zonta ja èndeka sèkulu me to taliano, ekratènnune rosa sìmberi tin glòssa tto ma oli tin plentera glossològika ce m'in plasticità tti. Ma an olo tuo ene alìssia, pos kànnu cisi studiosi na mi pistèfsune ti e glossa os kolono atto VIII sèk. p. K. en ìsoze, ma pleon dìgghio, krateftì, fsèronta ti toa ìane oli mìa m'in Grècia ce ikhe pleon mealìo* μεγαλείο; grandezza; grandeur; greatness piri o latino?

E glossa os grekòfono edànise lòja os latino ce eplusiànise me ta lòja fse tutu. Ja to Rohlfs, atta lòja mbemmena sto V – VI sèkulo, kanena on ekhi ankora, ma kampossa, ta pleo poddhà, ekhàsisa.
E religiùna eplùsiane to greko ma ta lòja tis agglisìa (jortè, ajii, ce iu)
O greko èbbike danisìe atto taliano. E greci ezùsane nomeni ma tus talianu ce poddhè forè emilùsane ole ce die es glosse ce en ìone dìskulo na smiftune ta lòja, ma e danisìe den ine tosse posse sòzamo mini ce motti tuo endenni o lòo èrkete grecizào, tuo èrkete sto pi ja difsi, ka ta loja ejènnutte deklinàbili (j.d. to animali, tu animalìu).

Apù motti e Turki akauvàlane ti Grècia (XV sek.) e glossa tu ellenòfonù mma èkhase ja pleo fse tèssaru sèkulu to dèsi* επαφή, σχέση; legame, contatto; lien, contact me ton kosmo greko. Ghiurèfsonta na plusiani m’es diname dikè ttu, eghènnise kampossa lòja m’i desinenza -sìa ce addhe forè àddhafse o topo atte mire (j. d. ampelòfillo > fiddhàmbelo {ἀμπελόφυλλο > φυd-dάμbελο = foglia di vigna}).

***

Edìfsamo ettù i furma ce o ghettì tunì glossa e influenze pu diàvase, milìsamo attì fsikhì tti pu o felasi ti ampimpònni* ampimpònno: απορρίπτω, απωθώ; respingere; repousser, réfuter; to repulse, to refute e tesi fse mìa ghennisìa bizantinikì.
Ta ssianòmata stus dìo topu glossikù griku attin Katu Italia mas kàmane na noìsome ti, m’olo ka cia ssianomena atto Rohlfs ce atto Morosi ce ta grammena to ìane iu tossa, pràmata, ta pleo poddhà, pu sòzane doki mìa khera na fsekomostì o problema to ghennisì tis glossa grika ìkhane mìnonta krivimmena, ja tuo etelìsamo na gràfsome to dikò tti Λεξικὸ (glossario). Evrìkamo es ola ta khorìa gheno (contadinu, proataru, polemantu) pu kratènnane anìa i fsikhì tu griku, i dikì tto glossa mana.

O pleo vèkkio, Romano Domenico Antonio apu Vunì (pesammeno pu ìkhe 101 khronu) mas ele:

"Eĝò sa lleo to lloĝo ìjio ke otus èkhete na ton gràspite".

griko: Evò sas leo to lòo anìo ce iu èkhete n’o gràfsete.

Anastasios Karanastasis,
Γραμματική των Ελληνικών ιδιωμάτων της Κάτω Ιταλίας
{Grammatica degli idiomi greci del Sud Italia}
Accademia di Atene, 1997

1. O Rholfs, Vocabolario dei Dialetti Salentini, emilì atto khasi tu "infinitu" es ti glossa greka. Ma lei es mìa nota (p.XVII) pu es tin Italia emèni ankora (alìe forè) sakundu sto Ponto Eussino, sta ampisinà meri tu kosmu griku.

Postface de A. Karanastasis :
Γραμματική των Ελληνικών ιδιωμάτων
της Κάτω Ιταλίας  (résumé)

(traduit du grec - ouvrage inédit en français)

La langue des hellénophones d'Italie méridionale, bien que ressemblant aux dialectes grecs du sud de la Grèce et du Dodécanèse, surtout dans le domaine phonétique, présente cependant un caractère autochtone et indépendant qui n'a aucune parenté avec la langue des émigrés byzantins des IXe et Xe siècles, dont elle proviendrait selon la thèse des professeurs C.Battisti, G.Alessio et O.Parlangeli.

Ceux-ci appuient leur thèse sur le fait que les idiomes grecs de l'Italie du Sud ont une forme néohellénique. Mais cette forme (comme celle des idiomes grecs modernes) prend naissance dès le IIIe siècle a.C., au moment où la Koinè hellénistique nivelle tous les dialectes grecs antiques et simplifie la forme de la langue.

Les principaux éléments de la langue des hellénophones italiens hérités de la Koinè et maintenus jusqu'à présent sont les suivants : le futur s'exprime par l'emploi du présent, une action qui dure s'exprime par steko, steo et un participe présent, l'infinitif est maintenu1, an > tha n'est pas employé pour l'expression de l'hypothèse, les géminées sont maintenues, les diminutifs nés de la tendance à la simplification n'ont pas valeur diminutive.

Née au VIIIe siècle de la langue des colons établis à Tarante, la langue des hellénophones a gardé certains éléments lexicologiques doriques que la Koinè n'avait pu faire disparaître ; ils concernent la vie agricole et pastorale et n'existent ni en grec byzantin ni en grec moderne : ces trésors propres aux idiomes grecs de l'Italie du Sud sont les témoins incontestables de la continuité de la langue du VIIIe siècle à ce jour.

Un autre argument de ceux qui en défendent l'origine byzantine est l'absence de données historiques permettant de déduire que dans l'Antiquité des Grecs vivaient dans l'arrière-pays de Reggio et de Tarante, là où vivent les hellénophones actuels.
Nous n'avons que le fameux extrait de Strabon (Ier s. a.C.) : « (...) sauf à Tarante, à Reggio et à Naples, tout s'est barbarisé (...) ils sont devenus romains » ; il entendait par « barbarisation » le fait que les habitants grecs de l'arrière-pays avaient perdu leur langue.

Si au Ier siècle a.C. on parlait grec dans les grandes villes de la côte, il est normal qu'on l'ait parlé aussi dans les villages de l'arrière-pays. Les éléments fournis par la langue actuelle des hellénophones sont les meilleurs des documents historiques.

Un des principaux motifs qui ont contribué à l'établissement des colonies grecques tient au problème démographique. Le sol de la Grèce n'arrivait pas à nourrir la population, et ses trirèmes naviguaient le long des côtes du Pont-Euxin pour transporter le blé. Les colonisateurs cherchaient à s'établir dans des régions côtières où les ports étaient sûrs et l'arrière-pays fertile, qualités que présentaient les colonies de l'Italie méridionale et de la Sicile. C'est ainsi que la colonie de Cumes  fut fondée par des colons venus d'Erétrie et de Chalcis.
Leurs paysans cultivaient la terre avec un engin décrit par Hésiode (VIIIe – VIIe s. a.C.) chez qui nous lisons la première mention des termes èlima (soc) et jìis (age) ; ces mots qui n'existent pas en grec byzantin ni en grec moderne survivent dans la langue des paysans de Calabre qui labourent le sol avec la même charrue.
Que d'autres termes rares de la vie agricole et pastorale soient encore en usage aujourd'hui indique que les gens de ces régions ont travaillé de la même façon du VIIIe s. a.C. à nos jours.
Aucun byzantin ou autre colon plus récent ne pouvait transférer des éléments lexicologiques doriques et d'autres plus rares parce qu'ils n'existaient tout simplement pas dans leur langue.

La présence de certains éléments sémantiques remontant à l'Antiquité et que n'a pas le grec moderne confirme également que la langue des hellénophones d'Italie les a conservés depuis lors.
L'adjectif àtsalo, l'adverbe ode, les verbes jerro, sikonno, sodzo, ekho accompagné d'un infinitif ou d'une proposition finale, ont gardé des sens antiques ou hellénistiques.

Pour les professeurs italiens, il n'était pas possible que durant l'occupation romaine quelques milliers de colons grecs ne s'assimilent pas sur le plan linguistique, alors que le latin était parlé jusque dans les Iles Britanniques.
Durant l'occupation romaine la langue officielle était le latin, mais nombre d'autres langues étaient également parlées. Les Grecs parlaient le latin, comme les autres peuples soumis, mais ils conservaient parallèlement leur langue maternelle.

Les Romains imposèrent leur langue aux Celtes, aux Ibères, aux Gètes, aux Daces, aux Francs, mais pas aux Grecs. Et à supposer (si on admet l' argument) que les colons byzantins du IXe s., après avoir vécu onze siècles aux côtés de l'italien, aient jusqu'à présent conservé leur langue, avec sa richesse lexicologique et sa plasticité, cela ne peut-il convaincre ces professeurs qu'à plus forte raison la langue des colons du VIIIe s. a.C. aurait pu se maintenir, elle qui était plus proche de sa source et jouissait d'un prestige bien supérieur à celui du latin ?

Il y a eu naturellement des échanges et des emprunts linguistiques entre le latin et la langue des hellénophones. L'un ou l'autre (parmi ceux qui, selon Rohlfs, auraient été introduits avant les Ve – VIe s.) a été conservé mais beaucoup des emprunts latins apparus au long de la coexistence entre les deux peuples ne sont plus en usage.
La diffusion de la religion chrétienne a enrichi le grec de l'Italie du Sud de termes provenant de la langue de l'Eglise (comme les noms de fêtes, de rituels).
Les emprunts italiens en grec ne sont pas aussi nombreux qu'on pourrait s'y attendre, compte tenu de la longue coexistence des deux langues et du fait que les personnes qui parlaient les deux ont transféré des mots d'une langue à l'autre. La capacité d'assimilation du grec a donné une forme grecque aux emprunts italiens, les a « grécisés », de sorte que des substantifs italiens sont devenus déclinables. (p.ex. to animale, tu animalìu).

A dater de la conquête de la Grèce par les Turcs (XVe s.), la langue des hellénophones italiens a perdu pendant plus de quatre siècles tout contact avec le monde grec. Cherchant à s'enrichir par ses seules ressources, elle a formé une série de substantifs avec la désinence -sia et a interverti dans certains composés la place des éléments (p. ex. ἀμπελόφυλλο > φυd-dάμbελο = feuille de vigne).

***

Nous avons présenté ici la forme et l'évolution de cette langue, les influences qu'elle a subies et les éléments intrinsèques dont la valeur réfute la thèse d'une origine byzantine.
La collecte de matériel linguistique dans les deux îles linguistiques grecques d'Italie du Sud nous a amené à constater que, malgré l'abondance du matériel publié par Morosi et par Rohlfs, restait encore à thésauriser bonne part d'un matériel pouvant contribuer à résoudre le problème de l'origine, et nous avons décidé d'en composer le Λεξικὸ (Dictionnaire).

Nous avons rencontré dans tous les villages des locuteurs fiables – gens du peuple, paysans, bergers, ouvriers – qui gardaient intacte leur langue maternelle. Le plus vieux, Romano Domenico Antonio (mort à l'âge de 101 ans), de Vuni, nous disait :

« Eĝò sa lleo to lloĝo ìjio ke otus èkhete na ton gràspite »

(moi je vous dis le discours correct et vous devez l'écrire ainsi).

Anastasios Karanastasis,
Γραμματική των Ελληνικών ιδιωμάτων της Κάτω Ιταλίας
{Grammaire des dialectes grecs de l'Italie méridionale}
Académie d'Athènes,
Athènes, 1997

1. Rohlfs, Vocabolario dei Dialetti Salentini, relève, lui, « la disparition de l'infinitif » en grec. Mais il précise en note (p. XVII) que « l'infinitif est resté, bien qu'en application restreinte » en Italie et dans le Pont-Euxin, aux deux extrémités du monde grec.

© www.glossagrika.it                                                  21 - 01 - 2020